Le programme des villes intelligentes pourrait être une «technologie malfaisante»


Extraits traduits du discours donné par Boris Johnson, premier ministre britannique, à l'Assemblée générale des Nations unies, le 24 septembre dernier.


« Quand je pense aux grandes révolutions scientifiques du passé - l’imprimerie, la machine à vapeur, l’aviation, l’ère atomique - je pense aux nouveaux outils que nous avons acquis, mais sur lesquels nous, la race humaine, avions l’avantage, des outils que nous contrôlions. Ce n'est pas nécessairement le cas à l'ère numérique. Vous pouvez empêcher vos amis, vos parents, vos enfants, votre médecin - même de votre entraîneur personnel - de découvrir vos secrets, mais il faut un réel effort pour dissimuler vos pensées à Google. Et si cela est vrai aujourd'hui, à l'avenir, il n'y aura peut-être nulle part où se cacher.


Les villes intelligentes pulluleront de capteurs, tous reliés par l’Internet des objets, des bornes communiqueront de manière invisible avec des lampadaires Afin qu’il y ait toujours une place de parking pour votre voiture électrique, de sorte qu'aucune poubelle ne soit laissée pleine, aucune rue non balayée, et que l'environnement urbain soit aussi antiseptique qu'une pharmacie zurichoise.


Mais cette technologie pourrait également être utilisée pour garder chaque citoyen sous surveillance permanente. Une future Alexa prétendra prendre les commandes. Mais cette Alexa te surveillera, cliquetera sa langue et tapera du pied. Dans le futur, la connectivité vocale sera dans toutes les pièces et dans presque tous les objets: votre matelas surveillera vos cauchemars; votre réfrigérateur émettra un bip pour vous avertir d’acheter du fromage, votre porte d'entrée s'ouvrira au moment où vous vous approcherez, tel un majordome silencieux; votre compteur intelligent ira chercher - si on le lui permet - le tarif d'électricité le moins cher. Et chacun d'entre eux retranscrira minutieusement chacune de vos habitudes en sténographie électronique minuscule, emmagasinées non pas dans leurs puces ou leurs entrailles – nulle part où vous ne pourrez les trouver – mais dans le grand nuage de données qui imprègne de plus en plus la race humaine, un gros nuage noir en attente d'éclater.


Et nous n'aurons aucun contrôle sur comment et quand les précipitations auront lieu. Et chaque jour que nous tapons sur nos téléphones ou travaillons sur nos ipads - comme certains d'entre vous le font en ce moment - nous ne laissons pas seulement nos traces indélébiles dans l’éther, mais nous sommes nous-mêmes en train de devenir une ressource, un clic à la fois, une pression tactile à la fois.


(…) Et nous ne savons pas qui décide comment utiliser ces données. Peut-on confier nos vies et nos espoirs à ces algorithmes? Les machines - et seulement les machines - doivent-elles décider si nous sommes éligibles à un prêt hypothécaire ou à une assurance, ou quelle chirurgie ou quels médicaments nous devrions recevoir? Sommes-nous condamnés à un avenir froid et sans cœur dans lequel l'ordinateur dit oui – ou non – avec la finalité d'un empereur trônant dans une arène? Comment plaidez-vous avec un algorithme? Comment l’amenez-vous à prendre en compte les circonstances atténuantes ? Et comment savons-nous si les machines n'ont pas été programmées insidieusement pour nous duper ou même pour nous tromper?


Nous utilisons déjà toutes sortes de services de messagerie offrant une communication instantanée à un coût minimal. Les mêmes programmes et plates-formes pourraient également être conçus pour la censure en temps réel de chaque conversation, les mots offensants étant automatiquement supprimés, ce qui se produit déjà dans certains pays. L’autoritarisme numérique n’est pas, hélas, de la fantaisie dystopique, mais d’une réalité émergente.


La raison pour laquelle je prononce ce discours aujourd'hui, c'est que le Royaume-Uni est l'un des leaders mondiaux de la technologie - et je pense que les gouvernements ont tout simplement été pris au dépourvu par les conséquences inattendues de l’Internet, qui est une percée scientifique plus profonde dans son impact psychologique quotidien que toute autre invention depuis Gutenberg.


(…) Cependant, la manière dont nous concevons les technologies émergentes à l’origine de ces avancées - et les valeurs qui guident leur conception - façonneront le futur de l’humanité. C’est ce que je veux dire ce soir, mes amis, mes Excellences. L’enjeu est de savoir si nous léguerons un monde orwellien, conçu pour la censure, la répression et le contrôle, ou un monde d'émancipation, de débat et d'apprentissage, où la technologie menace la famine et la maladie, mais pas nos libertés.


Il y a sept décennies, cette Assemblée générale a adopté la Déclaration universelle des droits de l'homme sans une seule voix dissidente, unissant l'humanité pour la première et peut-être la seule fois derrière un ensemble de principes. Et notre déclaration - notre déclaration commune - donne son soutien à «la liberté d'opinion et d'expression», à la «protection du caractère privé» du «domicile ou de la correspondance», et le droit de «chercher… et de communiquer des informations et des idées». À moins de veiller à s’assurer que les nouvelles technologies reflètent cet esprit, je crains que notre déclaration ne veuille rien dire et ne tienne plus.


La mission du Royaume-Uni et de tous ceux qui partagent nos valeurs doit donc être de veiller à ce que les technologies émergentes soient conçues dès le départ pour favoriser la liberté, l'ouverture et le pluralisme, avec de bonnes garanties en place pour protéger nos peuples. Mois après mois, des décisions cruciales sont prises par les comités académiques, les salles de réunions des entreprises et les groupes de normalisation de l'industrie. Ils écrivent les règles du futur, portent des jugements éthiques, choisissent ce qui sera rendu possible ou non. Ensemble, nous devons nous assurer que les nouvelles avancées reflètent nos valeurs dès leur conception. »


- Boris Johnson


Tiré et traduit de la transcription de son discours à https://www.gov.uk/government/speeches/pm-speech-to-the-un-general-assembly-24-september-2019


NOTE: Au terme de ce discours, où il laisse aussi entrevoir quels avantages fabuleux le progrès technologique, s’il est bien maitrisé, peut apporter aux humains, mais où il dénonce également ceux qui doutent de l’efficacité des vaccins (ce qui en a fait réagir plusieurs dans les commentaires, car même s’il est vrai que les vaccins peuvent aider à procurer une certaine immunité, les nombreux adjuvants et préservatifs qu’ils contiennent posent de nombreux problèmes que l’on s’évertue à dissimuler pour ne pas dissuader les gens de se faire vacciner) et qui s’opposent au progrès scientifique, Boris Johnson finit par inviter le monde entier à venir participer à un Sommet à Londres l’année prochaine, afin de discuter des meilleurs moyens de relever les défis qu’il a énoncés dans son discours.


À aucun moment toutefois, il n’a mentionné la 5G et son lot de menaces tout aussi existentielles. Il a plutôt adroitement mis la table, en dépeignant certains des risques largement admis de la frénésie technologique qui s’est emparé du monde, comme les atteintes à notre vie privée et la difficulté de protéger nos données confidentielles face à la possibilité d’un système de surveillance orwellien comme en Chine, mais en offrant ensuite une vision teintée de rose de notre capacité à ne pas nous enfoncer davantage et sans garde-fous dans ce système déjà largement déployé et financé par les États et de grands conglomérats mondiaux. Plusieurs commentateurs ont relevé ce qui ressemble à une habile manipulation des esprits.


« Tout ce qu'il fait, c'est nous dire ce qu'ils ont prévu, comme ils le font toujours. »

« Hmmm? Sommes-nous en train d'écouter un autre exemple de technique hégélienne permettant de contrôler l'argumentation des deux côtés. Boris : ami ou ennemi? Hmmm? »


« Ne donnez pas votre pouvoir en espérant que quelqu'un va "nous sauver". Sortez de toute pensée d'esclave de ce genre. Nous avons le pouvoir. Nous nous sauvons nous-mêmes. »


« Alors, Boris, allez-vous empêcher les antennes 5G d’être installées? Allez-vous supprimer celles qui sont déjà installées? Voilà la question pertinente à se poser. La 5G est une menace existentielle pour notre santé, notre vie privée et notre liberté. »

D’autres par contre, lui accordent le bénéfice du doute et veulent croire en ses bonnes intentions…


« Enfin! Les gouvernements seront conscients du fait que la résistance augmente maintenant hors de leur contrôle et que la pagaille générale est sur le point de se déchaîner car plusieurs s'effondrent déjà. Toute personne qui a des enfants qui souffrent de saignements de nez, de cancers et de maladies ne va pas rester là à ne rien faire et les gouvernements vont en entendre parler. Je ne suis pas un fan de BoJo, mais il est un rayon d’espoir et s’il fait quelque chose dans sa position pour mettre fin à cette folie, alors wow, je serai peut-être un fan inattendu. Je n'aurais jamais pu prédire que notre premier ministre prononcerait un tel discours - un sentiment d'espoir m’anime aujourd'hui. »


Lien vers la vidéo: https://youtu.be/rOLIHjG4NKU


En complément voir...


Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l'intelligence artificielle


Nouveau front québécois contre la triade 5G/IdO/IA


Retour au menu de ce blog



50 vues