Petits pas dans la bonne direction, mais une bien mauvaise suggestion


Pour éviter de jouer à la roulette russe avec votre cellulaire, mieux vaut le tenir loin de votre tête et de votre corps.


L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) en France, mise sous pression par le Dr Marc Arazi - de l'association Alerte Phonegate - afin de mieux veiller à protéger le public surexposé aux rayonnements de leurs téléphones mobiles, a annoncé le 21 octobre avoir adopté une série de mesures allant dans la bonne direction. Cette nouvelle est tellement remarquable que le site Microwave News l’a reprise hier : French Govt Seeks To Limit Exposures from Cell Phones.


Dans son annonce – Expositions aux téléphones mobiles portés près du corps – l’agence insiste sur l’importance de « réduire les expositions élevées liées à l’utilisation des téléphones près du corps », en somme, de ne plus utiliser son téléphone cellulaire collé sur la tête, ni le garder près du corps dans une poche de pantalon, voire dans la brassière comme le font en été trop de femmes inconscientes du risque qu’elles courent.


Voir à ce sujet Dr Lisa Bailey Cell Phones in Your Bra, Bad Idea! et comme une image vaut mille mots, voici une des patientes de la Dr Bailey atteinte d'un cancer du sein (taches blanches sur la radiographie) à l'endroit précis où elle avait l'habitude de placer son cellulaire...



Le ministère de la transition écologique et solidaire a émis un communiqué afin d'aider à diffuser cette nouvelle. À la fin, on peut lire ceci :


« Le Gouvernement rappelle par ailleurs aux utilisateurs les 6 bons comportements à adopter lors de l'utilisation d'un téléphone mobile en vue de réduire son exposition aux radiofréquences :


1. Utiliser un kit main-libre 2. Privilégier les messages texte pour communiquer

3. Privilégier les zones de bonne réception 4. Éviter de maintenir votre téléphone à l’oreille dans les transports 5. Choisir un téléphone mobile ayant un débit d’absorption faible 6. Eviter les conversations trop longues


Les recommandations 2 à 6 sont raisonnables et censées – et on souhaiterait que l’incompétente et corrompue Santé Canada sorte enfin de son mutisme pour lancer une grande campagne de sensibilisation sur l’utilisation prudente des technologies sans fil – voir Au Canada, le principe de dissimulation prime sur le principe de précaution. Toutefois, les auteurs de ce communiqué se sont royalement fourvoyés avec leur première recommandation ci-dessus, car ils ont omis de préciser que les seuls kits mains-libres (avec oreillette) sans danger sont ceux comportant un bout de tube acoustique par lequel le son – grâce à un minuscule haut-parleur – peut se rendre jusqu'à l'oreille. Le Dr Arazi dans cette entrevue se déclarait hier « furieux » à propos de cette désastreuse recommandation.


De fait, le minuscule fil de cuivre qui amène le signal électrique jusqu'à l'oreillette dans les kits mains-libres vendus par les fabricants de téléphones mobiles sert de conduit par lequel les micro-ondes cancérogènes émis par les smartphones peuvent pénétrer directement dans la boîte crânienne, aggravant ainsi considérablement le risque de développer un cancer du cerveau, généralement mortel puisque ce type de tumeur (gliome) est pratiquement impossible à traiter. Comme le Dr Arazi l'indique avec justesse, c'est encore pire que de se coller le téléphone sur la tempe.


On peut comprendre son exaspération, lui qui s'évertue à exercer des pressions sur gouvernement français pour que cesse la dissimulation criminelle du risque mortel lié à l'usage abusif de ces appareils fait par des milliards d'humains béatement inconscients, ou préférant stupidement jouer à la roulette russe avec leur vie.


En réalité, en encourageant les gens, sous le couvert de recommandations de prudence, à utiliser ces kits mains-libres qui devraient être carrément interdits, ce sont des milliers de morts prématurées additionnelles en France dont le gouvernement se rend ainsi responsable.


Pour information, voir ICI à quoi ressemble les oreillettes airtube (avec tube acoustique).


Le seul conseil censé à donner aux gens qui veulent mettre toutes les chances de leur côté, c'est, de préférence, de renoncer à se servir de tout type d'appareil utilisant une technologie sans fil (téléphone cellulaire ou téléphone sans fil DECT, tablette, tout appareil Bluetooth et bien sûr le WiFi), ou bien, à défaut de ne pouvoir utiliser exclusivement des appareils filaires (téléphone filaire, ordinateur et tablette avec un branchement filaire – il existe des adaptateurs permettant de relier les tablettes tactiles à Internet avec un branchement filaire), de laisser constamment son appareil mobile en mode avion et de ne s'en servir qu'en cas d'extrême nécessité, et uniquement sur haut-parleur, en plaçant l'appareil le plus loin possible de son corps et de tout autre être vivant, et éviter à tout prix de l'utiliser dans un véhicule en mouvement, ou encore là où la réception est mauvaise.


D'ici quelques années, quand on prendra enfin toute la mesure de la terrible hécatombe que ces appareils causent – en plus de rendre les gens zombies et asociauxon considérera tout aussi répréhensible d'exposer autrui aux rayonnements secondaires d'un téléphone portable que ça ne l'est d'exposer des enfants à la fumée secondaire d'une cigarette.

Pour en savoir plus, voir…


Plusieurs cellulaires menacent la santé publique, selon une enquête du Chicago Tribune


Le Chicago Tribune a récemment publié des résultats de tests indiquant que certains téléphones portables peuvent émettre des rayonnements de radiofréquences/micro-ondes soupçonnées cancérogènes provoquant une exposition jusqu’à cinq fois supérieure aux limites actuelles. Ces données choquantes font suite aux révélations du gouvernement français selon lesquelles les téléphones émettent des rayonnements excédant entre quatre et onze fois leur limite autorisée.


Les ondes électromagnétiques : RAS ou SOS selon l'Anses ?


Dans son nouveau rapport, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) se veut rassurante au sujet des risques que représentent les ondes électromagnétiques pour la santé. Elle recommande cependant la prudence et admet l'existence d'effets nocifs sur l'organisme. Qu'en est-il vraiment et que cache cette étude ?


(…) De nombreuses publications mettent en évidence une légère augmentation du risque de gliomes (tumeurs cérébrales) chez les utilisateurs « intensifs », c'est-à-dire ceux qui ont cumulé plus de 1.640 h au téléphone. Les études prises en compte s'étendant au maximum sur 15 années, ce chiffre correspond à un peu moins de 20 minutes par jour, soit un ou deux appels. Tout le monde, ou presque, serait donc concerné par ce risque possible de cancer du cerveau.


iPhone d'Apple : tromperie généralisée sur les niveaux de DAS réels


CONCLUSION : Nous sommes bien face à des preuves répétées de tromperie de la part d'Apple. En effet, pour se défendre des révélations du Chicago Tribune, le constructeur à la pomme a immédiatement contesté la pertinence des tests réalisés, pourtant conduits par une entreprise experte agréée par la FCC. Seulement voilà, Apple ne peut absolument pas mettre en cause les résultats des tests de l'agence française qui montrent, eux aussi, des résultats du même ordre. Résultats qui lui ont été communiqué par l'ANFR.


Comment utiliser prudemment un téléphone mobile


Infertilité masculine : les ondes électromagnétiques mises en cause


(…) Les radiofréquences réduisent la qualité du sperme


Les auteurs se sont appuyés sur une quinzaine d'études portant sur l'homme, le rat ou la souris. Et d'après eux, « l'utilisation fréquente de téléphones portables ou d'appareils électromagnétiques contribue considérablement à la mauvaise qualité du sperme. » Les radiofréquences ont un effet néfaste sur le nombre de spermatozoïdes, leur morphologie et leur motilité. ... Selon des chercheurs argentins, les émissions Wi-Fi d'un portable installé sur les genoux réduiraient la mobilité des spermatozoïdes et dégraderaient leur ADN. L'expérience a porté sur du sperme installé ou non à proximité d'un ordinateur en train d'émettre ces ondes.


How Big Wireless Made Us Think That Cell Phones Are Safe: A Special Investigation


Tuning in to Microwave Sickness From Wireless Radiation - How wireless technology can trigger a devastating illness


[Traduction d’un extrait] - Les enfants sont particulièrement vulnérables à la maladie des micro-ondes en raison des réseaux Wi-Fi de force industrielle utilisés dans les écoles et de la petite taille de leur corps. Les symptômes comprennent les maux de tête, la sensibilité à la lumière, le sommeil et les problèmes cognitifs, ainsi que les saignements de nez. Certains peuvent entendre des sons étranges qui semblent provenir de leur tête.


… Alors que Tsiang et son mari observaient le même schéma de symptômes chez leur fils qui revenaient chaque année scolaire et se dissipaient au cours de la pause estivale, ils ont été convaincus que le rayonnement des micro-ondes en était la cause. Tsiang a fait part de ses conclusions à Ellithorpe, qui a diagnostiqué que son fils était électrosensible, et a écrit une lettre demandant qu’il soit transféré dans une autre école - une école située à une distance considérable des tours de téléphonie mobile, et disposée à accommoder les personnes handicapées, afin que son fils ne soit pas à proximité de routeurs Wi-Fi ou d’autres dispositifs émettant des micro-ondes susceptibles d’aggraver son état.


… Tachover pense que l'un des principaux obstacles à la compréhension de la maladie des micro-ondes est le nom que les gens utilisent le plus souvent pour la décrire: sensibilité électromagnétique ou hypersensibilité. Non seulement le terme blâme-t-il la victime plutôt que la cause, mais il crée également une déconnexion entre toutes les preuves connues concernant la maladie plusieurs décennies avant que les smartphones ne deviennent populaires. « Ce n'est pas de la sensibilité. C'est une blessure grave causée par les technologies à micro-ondes », a-t-elle déclaré. « La NASA et la Marine ont reconnu que le mal des micro-ondes existe bel et bien. Avant la commercialisation des téléphones portables et de la technologie sans fil, certains médecins du travail traitaient des soldats, et des travailleurs de la radio et des antennes, car ils étaient les seuls à avoir été exposés à des niveaux élevés de radiations non ionisantes. Désormais, c’est toute la population qui y est exposée. »


Introduction à l'hypersensibilité aux champs électromagnétiques

(par l'Association pour la santé environnementale du Québec)


Qu’est-ce que l’électro-hypersensibilité?

(par le Le Rassemblement ÉlectroSensibilité Québec)


BBC Fake News sur la 5G décodés: Impacts sur la santé niés malgré des preuves scientifiques accablantes


L'ICNIRP est en fait une ONG de droit allemand sans statut juridique international. Il nomme ses propres membres, dont aucun n'est médecin, opère sans aucune transparence et n'a de comptes à rendre à personne. Elle décline toute responsabilité sur son site Web pour toute information qu'il contient, y compris ses propres lignes directrices, qui sont basées sur une science sélectionnée et qui est antérieure à l'avènement des téléphones portables. L'ICNIRP a été accusée de corruption par d'innombrables personnes pendant de nombreuses années.


... En fait, toute la technologie sans fil est dangereuse, et les résultats sur la santé qui se dégagent des 20 dernières années d'utilisation intensive des téléphones portables révèlent des effets dévastateurs sur la santé, notamment l'autisme, le TDAH, la baisse catastrophique de la fertilité, la démence précoce et une augmentation phénoménale des suicides. ... Le rayonnement micro-ondes peut vous aveugler, modifier votre comportement, causer des dommages génétiques et même vous tuer. Les risques vous ont été cachés par le Pentagone, le Département d'Etat et l'industrie électronique. ... Les fake news sur la 5G émanant des médias corrompus financées ou cooptés par l'industrie des télécommunications sont exposées pour ce qu'elles sont : une tentative maladroite, pitoyable et tardive d'une industrie des télécommunications avide - qui pensait pouvoir lancer la 5G sur un public peu méfiant sans se faire épingler - d'accroître leur mépris pour le public en le trompant une fois de plus à coup de mensonges et de manipulation.


À propos de l’ICNIRP…


How ICNIRP, AGNIR, PHE and a 30 year old political decision created and then covered up a global public health scandal


[Traduction d'extraits] : Le rapporteur souligne dans ce contexte qu'il est pour le moins curieux que des valeurs seuils officielles permettant de limiter l'impact sur la santé des champs électromagnétiques à très basse fréquence et des ondes à haute fréquence aient été élaborées et proposées aux institutions politiques internationales - OMS, Commission européenne, gouvernements - par l'ICNIRP, une ONG dont l'origine et la structure ne sont pas très claires et qui est par ailleurs soupçonnée d'entretenir des liens assez étroits avec les industries dont l'expansion dépend de recommandations de valeurs limites maximales pour les différentes fréquences des champs électromagnétiques. ... L'ICNIRP a-t-elle été financée, créée ou capturée par les industries qu'elle était censée «réglementer»? Compte tenu de la corruption endémique qui caractérise la déréglementation néolibérale en général, il faudrait dire que, selon toute probabilité, oui.


Pourquoi l'origine et la structure de l'ICNIRP sont-elles si opaques lorsque les décisions qu'elle a prises ont des incidences directes sur la santé de milliards de personnes? C'est quelque chose qui est pour le moins curieux et qui devrait faire l'objet d'une enquête publique approfondie sur les enjeux de la santé publique mondiale. Des milliards de personnes ont peut-être été durement touchées par les décisions extrémistes de cet oracle scientifique de la santé et de la sécurité autoproclamé, auquel le monde entier semble s'être docilement déféré sans poser de véritables questions.


... En termes de philosophie, il s'avère que l'ICNIRP est en quelque sorte un groupe idéologiquement fermé, en ce sens que pour être accepté ou invité à devenir membre de l'ICNIRP, il est préalablement requis de respecter scrupuleusement le paradigme thermique en matière de rayonnement relativement à la santé et à la sécurité. Selon les croyances de ses adeptes, ce paradigme affirme que seule une exposition extrêmement élevée à court terme - de 6 minutes - à des rayonnements micro-ondes non ionisants produisant un effet thermique important est jugée dangereuse pour la santé humaine.


Une fois que cette position est adoptée, tous les rayonnements non ionisants qui tombent en dessous de ces niveaux sont automatiquement et universellement considérés comme étant bénins. Une fois que ce paradigme est également accepté par le gouvernement et d'autres organismes tels que Public Health England, il incombe alors à ceux qui sont soumis à des sources de rayonnements totalement non réglementées de prouver que des niveaux d'exposition beaucoup plus faibles sont effectivement nocifs, alors qu'à l'inverse l'industrie n'est pas tenue de démontrer de manière irréfutable que de telles expositions sont totalement sûres. Puisque dans le monde réel, il n'existe aucun groupe de contrôle en raison de l'exposition universelle de toutes les populations à de telles sources de rayonnement, il est donc extrêmement difficile de faire la preuve de liens irréfutables entre maladie et exposition.

Ce paradigme d'exposition à court terme est ridicule. Il faut parfois des décennies de tabagisme pour développer un cancer du poumon et non pas seulement 6 minutes pour fumer une cigarette. Le développement d'allergies simples résultant d'une exposition environnementale à certaines substances ou à certains aliments peut prendre plusieurs années. Tous les symptômes et toutes les maladies pouvant résulter d'une exposition à de faibles niveaux de micro-ondes sont soumis à une période d'incubation de 8 à 30 ans avant que des preuves épidémiologiques de ces effets ne se manifestent. Nous commençons seulement à voir ces effets émerger à plus grande échelle, comme le montrent plus de 2000 études de santé à petite échelle examinées par des pairs.


Malheureusement, aucun système épidémiologique mondial n'a été mis en place pour nous permettre de rassembler toutes les informations pertinentes déjà fournies par des patients du monde entier afin d'obtenir une image complète de l'ampleur des effets sur la santé publique des expositions à des rayonnements micro-ondes de faible puissance et de très longue durée de tous types. C'est une erreur de faire de petites «études» sélectives, car avec un système approprié, nous pourrions collecter les données sur les symptômes et des informations détaillées sur l'environnement du patient présentées quotidiennement et les cartographier de manière globale. Il est extrêmement probable qu'une crise de santé publique se crée silencieusement à l'arrière-plan et il n'existe aucun système ou mécanisme d'alerte en place pour nous avertir clairement de l'ampleur de ce qui se passe réellement. C'est profondément préoccupant.


Lennart Hardell: ICNIRP draft on new radiofrequency guidelines is flawed

[Traduction d'extraits] Le plus remarquable, c'est que leur science concernant les effets sur la santé est toujours basée sur les effets thermiques dus au réchauffement, tout comme les évaluations publiées en 1998 et mises à jour en 2009. Dans ce document préliminaire, seuls les effets thermiques sont pris en compte pour les effets sur la santé. ... Il n'y a aucune preuve que des effets non thermiques soient pris en compte, tout comme une grande majorité de la preuve scientifique relative aux effets sur la santé humaine, sans parler des dangers pour l'environnement. Ainsi, le fondement des nouvelles directives est erroné et toute la présentation doit être rejetée comme étant scientifiquement erronée. Si ce document représente la version finale des directives de l'ICNIRP, il est temps de dissoudre l'ICNIRP car son évaluation ne repose pas sur des données scientifiques, mais sur des données sélectives telles que les seuls effets thermiques des RF. Voir aussi Appel pour des valeurs limites d'exposition réellement protectrices dans le domaine des champs électromagnétiques - 100 kHz to 300 GHz - La position et les lignes directrices de l'ICNIRP ne sont pas scientifiques et protègent l'industrie, pas la santé publique. Afin de protéger le public et l'environnement des effets néfastes connus des champs électromagnétiques, nous demandons aux Nations Unies, à l'Organisation mondiale de la Santé et à tous les gouvernements de ne pas accepter les lignes directrices de l'ICNIRP. Celles-ci ne sont pas protectrices, mais induisent plutôt un risque grave pour la santé humaine et l'environnement, puisqu'elles autorisent une exposition nocive de la population mondiale, y compris les plus vulnérables, sous le prétexte non scientifique qu'elles seraient "protectrices". (fin de citation) Ce document de l'ICNIRP représente le pire des scénarios pour la santé publique et est basé sur des idées chimériques.


ICNIRP Chair doesn't know why guidelines are accepted


[Traduction de la description de cette vidéo ci-dessus] :


Le talon d'Achille de l'industrie des télécommunications


La 5G est-elle sans danger et testée? Regardez cet entretien avec Eric van Rongen, président de la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP), un petit club allemand dont les soi-disant principes de sécurité relatifs aux rayonnements électromagnétiques sont mystérieusement adoptés par les organes de l'ONU, l'Union internationale des télécommunications et l’Organisation mondiale de la santé, et sont donc cités par les gouvernements, des hommes politiques, les entreprises de télécommunication, des ONG, des conseils consultatifs et les médias. Dans cette interview, on demande à Eric van Rongen « Pourquoi tout le monde considère-t-il la position de l'ICNIRP sur la CEM comme un standard de référence? » Il répond : « Euh, je ne sais pas. Ils ont choisi de le faire. »


Leurs lignes directrices n'ont aucune force légale et sont fixées à des niveaux si astronomiquement élevés qu'elles ne pourraient jamais être dépassées (voir article: Comment l'ICNIRP, AGNIR, PHE et une décision politique vieille de 30 ans ont-ils créé et dissimulé un scandale mondial de santé publique) Ces lignes directrices ne traitent que des effets thermiques ou de réchauffement et nient l’existence d’effets biologiques en écartant toute la science prouvant ces effets dévastateurs. Il est donc étrange que l’armée américaine ait compilé des milliers d’études sur les effets biologiques afin de mettre au point des armes à micro-ondes. Il est également étrange que l'Organisation mondiale de la santé ait organisé en 1973 un symposium intitulé « Les effets biologiques et les risques du rayonnement électromagnétique pour la santé » et l'oublie ensuite. Le portail EMF de l'Université d'Aachen contient plus de 28 000 études sur les effets biologiques des rayonnements électromagnétiques. Mais probablement, à l’instar des médias, l'ICNIRP ne trouve pas ces données «réelles», «prouvées», «valides», «solides», «convaincantes», «concluantes» ou «établies».


L’ICNIRP est en fait une ONG allemande sans statut juridique international. Elle nomme ses propres membres, dont aucun n'est médecin, fonctionne avec une absence totale de transparence et ne rend des comptes à personne. Elle décline toute responsabilité sur son site Web à l’égard des informations s'y trouvant, y compris de ses propres directives, qui reposent sur une science «sélective» précédant l’avènement des téléphones mobiles. Un grand nombre de personnes ont accusé l'ICNIRP de corruption dont (1) Investigate Europe: The 5G Mass Experiment et The ICNIRP Cartel: Who’s Who in the EMF Research World (2) Dariusz Leszczynski, PhD: Is ICNIRP Reliable Enough to Dictate Meaning of Science to the Governmental Risk Regulators? (3) Joel M. Moskowitz, PhD: The ICNIRP Cartel and the 5G Mass Experiment et (4) le Professeur émérite Martin Pall, Response to 2018 ICNIRP Draft Guidelines and Appendices on Limiting Exposure to Time-Varying Electric, Magnetic and Electromagnetic Fields (100 kHz to 300 GHz) et Eight Repeatedly Documented Findings Each Show that EMF Safety Guidelines Do Not Predict Biological Effects and Are Therefore Fraudulent.


Action collective contre des cellulaires « nocifs » de Samsung et Apple


Des propriétaires de téléphones mobiles souhaitent obtenir un suivi médical ainsi qu'un remboursement complet... Des citoyens qui craignent d'être exposés à des niveaux importants de radiofréquences provenant de leurs téléphones Samsung et Apple ont déposé une demande d'action collective au Palais de justice de Montréal. « De récentes études des produits des défendeurs démontrent que l'exposition potentielle subite par un détenteur transportant un téléphone dans ses pantalons ou dans sa poche de chemise est au-dessus de l'exposition maximale, parfois la dépassant de 500 pour cent », peut-on lire dans la requête obtenue par Droit-inc. On apprend que ces demandeurs réclament un « remboursement complet des profits, des revenus et des bénéfices abusifs » des deux multinationales, ainsi qu'un « suivi médical ». Ils souhaitent également obtenir un « remplacement de tous les modèles de cellulaires » par des « téléphones sûrs ». Me Charles O'Brien représente les demandeurs. Radiations nocives - Dans la requête de 45 pages, on explique que Samsung et Apple auraient violé de manière intentionnelle la loi de protection des consommateurs, en plus de ne pas avoir respecté la Loi sur les dispositifs émettant des radiations.



Ils ont moins de trois ans et peuvent passer plus de 6 heures par jour sur des tablettes ou des smartphones. Loin d'être marginale, cette situation inquiète les spécialistes de la petite enfance. Du retard de développement aux troubles du spectre autistique, ces accros à l'écran se déconnectent de la réalité pour s'enfermer dans une bulle virtuelle. Médecin de protection maternelle et infantile dans l'Essonne, le Dr Anne-Lise Ducanda détaille les conséquences dramatiques de l'usage excessif des écrans sur des cerveaux en construction. Et donne les clés pour faire face à cette addiction du premier âge.


Retour au menu de ce blog

114 vues